D’une lectrice

L’autre jour, je voyais des touristes perdus dans le métro de Shanghai. Me doutant bien qu’ils étaient Français, je me suis proposé de les aider (non pas que je connaisse particulièrement Shanghai, mais enin, un niminum quand même).

Je suis tombé sur des gens très sympas, qui découvraient la Chine et qui allaient peu de temps après à Pékin.

Forcément, je me suis senti obligé de leur donner mes bonnes adresses afin qu’ils aiment Pékin comme il se mérite.

Peu de temps après, je recevais ce mail d’Isabelle, qui me donnait ses impressions de la capitale chinoise.

Je me permets donc, avec son accord, de vous faire partager cette lettre, car j’aime bien ce genre de témoignages, qui nous font un peu rouvrir les yeux.

Charles bonjour,

Nous sommes de nouveau à Bucarest depuis hier et c’avec regret et l’envie d’y revenir que nous avons quitté la Chine ! Nous avons adoré Pékin et de manière générale nous avons à la fois été dépaysés et en même temps dans cette continuité universelle, qui fait que l’on peut se sentir chez soi et en affinités humaines, ou que l’on soit sur la planète… enfin, à peu près.
Je voulais encore vous remercier pour votre aide et vos précieux conseils, j’aime fonctionner au gré des rencontres et des portes qui s’ouvrent en confiance… D’ailleurs, à Pékin, nous avons rencontré une jeune étudiante chinoise par hasard, qui a une bourse d’études de Français (doctorat pour Lyon !!!) et qui a appelé le chauffeur pour nous et est venue avec nous finalement à la muraille… ce fut un grand moment et très sportif sur la fin puisque nous avons raté le sentier et fait un peu d’escalade mais quelle beauté aussi vue de dessous (the Great Wall) dans la discontinuité de ses passages rompus. J’étais ravie quand j’ai appris au retour, alors que je demandais au chauffeur de nous indiquer sur la carte, où nous avions été, d’apprendre que c’était  exactement l’endroit que j’avais identifié dans mon guide !!!
Le Dali Courtyard est un pur moment de délice gustatif et le restaurant tibétain fut aussi un beau moment autant pour le spectacle sur scène que pour celui en  salle…  Je suis revenue avec du matériel de peinture, calligraphie, papier de riz, papiers divers, sceau que j’ai fait graver etc… Je n’ai plus qu’à faire un tableau qui sera un peu l’expression de ce périple chinois…
Voilà, si je devais tracer en quelques traits les contours de ma perception des Chinois, je dirais qu’ils sont : travailleurs mais savent  se ménager des pauses pour faire la sieste, manger, grignoter, boire leur thé ou infusion d’herbes diverses et variées portées dans les flacons à la ceinture, jouer aux cartes ou autres jeux, qu’ils adorent chanter, qu’ils se font masser souvent et se massent, font des exercices, du Tai Chi, dansent dans les parcs, font voler leurs cerfs volants, jouent de la musique, qu’ils sont accueillants et rieurs, qu’ils se déplacent beaucoup en vélo, que les femmes sont en général belles et coquettes même si c’est parfois selon d’autres critères, que le mandarin est une langue très musicale et superbe et que les Pékinois roulent les RRR, que les Chinois se bousculent, se passent devant, sans mal et sans vexation et sans complexe, que c’est un vrai délice que de négocier avec ces commerçants hors pair, un vrai moment de théâtre et de relation humaine, que dans les campagnes les femmes ont souvent le dos cassé d’avoir porté tant de charges lourdes et rivées si souvent vers le sol des rizières ou des plantations de thé, qu’elles ont des costumes qui sont de pures merveilles chromatiques, de vraies oeuvres d’art, que souvent dans les villes les jeunes sont comme les jeunes du monde entier avec leur look androgyne, que les Chinois portent sur leur visage les traits de multiples métissages et origines, que la calligraphie demeure le grand pilier de cette culture et que les idéogrammes sont chacun autant de tableaux qui font rêver … même si ils restent impénétrables !
Voilà, je regrette juste de ne pas avoir ramené dans mes bagages de musique traditionnelle ou chant, je n’ai que des albums de pop mais si vous avez quelques noms ou titres, je pourrai peut-être les trouver.
Je sais par le chauffeur que vous deviez partir en Mongolie avec des amis… Etes-vous déjà parti ? Je suppose que nous retrouverons sous peu votre témoignage sur votre blog ?
6 jours à Pékin c trop peu, un mois en Chine c infime…
All the best
Isabelle B

Voilà Pékin très bien ressenti je trouve !
Merci Isabelle de ce témoignage qu’on sent empreint d’une touche artistique très forte !

4 réflexions au sujet de « D’une lectrice »

  1. 🙂 Cést exactement ca aussi la Chine. Cette dame a tres bien exprimee son ressenti.
    AMICALEMENT
    Shulin

  2. «  afin qu’ils aiment Pékin comme il se mérite »

    Je pensais qu’en français les noms des villes étaient toujours au féminin. A fortiori cette règle s’applique pour Pékin puisque pékin au masculin à une autre signification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *