Le collège sous Mao en Chine, c’était comment ?

jeune_collegienne_mao__3_.jpg

On a tous le souvenir de la guerre des boutons, où les enfants en culotte courte se battaient..

Un photographe amateur chinois vient de publier une série de photos de jeunes collégiennes à l’époque de Mao..

Une belle série.. qui rappellera des souvenirs à certain(e)s ?


jeune_collegienne_mao__1_.jpg

Session de lavage de vitres l’après midi
 jeune_collegienne_mao__3_.jpg
Exercices matinaux, encore pratiqués aujourd’hui (voir la vidéo)
 jeune_collegienne_mao__3_.jpg
Premières amours ?
 jeune_collegienne_mao__3_.jpg
Des spectateurs enthousiastes !
 jeune_collegienne_mao__3_.jpg
A l’époque, les étudiants sont responsables de la propreté de leur classe, aujourd’hui aussi.. mais pas en France..
jeune_collegienne_mao__2_.jpg
Au fond, le photographe avec l’étudiante qui deviendra son épouse
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Deuxième rendez vous ?
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Le soir, après le dîner
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Les révisions de dernière minute
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Natation au sanatorium municipal
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Propagande
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Les garçons attendent les filles à la sortie du collège (voir d’ailleurs le très beau film Beijing Bicycle)
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Le foulard rouge, signe de reconnaissance des collégiens avant l’apparition des uniformes
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Entraînement à la soviétique pour former de grands athlètes..
jeune_collegienne_mao__8_.jpg
Et vous ? vous avez des photos à partager ?

3 réflexions au sujet de « Le collège sous Mao en Chine, c’était comment ? »

  1. Ce ne sont certainement pas des photos de l’époque de Mao.
    (filles en jupe, collégiennes qui ont des montres!).
    J’ai moi-même enseigné le français en Chine à l’époque de Mao (il y avait très peu d’étrangers à l’époque). Le niveau de vie était très faible et la fermeture du pays incroyablement forte (quand même moins qu’en Corée du Nord…).
    La coupure entre Chinois et étrangers était stricte (les Chinois n’avaient pas le droit de pénétrer dans les lieux réservés aux étrangers, lieux qui portaient en général des noms affublés du mot « amitié », hotel de l’amitié, magasin de l’amitié)
    Pour juger de la Chine actuelle (avec tous ses problèmes liés à l’incroyable développement parfois trop rapide), avoir connu la Chine de Mao permet de mesurer (et d’admirer) l’effort d’ouverture et d’éducation réalisé en une seule génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *