Palawan, une île sauvage des Philippines 1/2

palawan_philippines__4_.JPG

C’est Noël, et la neige est sans doute au rendez vous de votre réveillon, mais voilà, pour beaucoup de gens en Asie, Noël, c’est le Soleil.

Cela faisait très longtemps (plus de 11 mois exactement) que je voulais poster ces photos, mais la procrastination et la surcharge de travail m’avaient fait y renoncer..

C’est chose réparée, et puisque cette année je ne pars pas, cela ne fera du bien pas qu’à vous de (re)découvrir cette archipel sauvage des Philippines.

Découverte en photos ! (qui datent donc de décembre 2010 / janvier 2011) Rêvez, évadez vous…

palawan_philippines.JPG

Longue de 400 km et large de 40 km, l’étroite Palawan est connue comme la « dernière frontière » des Philippines. Véritable réserve écologique, la nature s’y trouve encore à l’état brut. Une longue route (avec nombreuses parties de piste) relie tant bien que mal le Nord et le Sud. L’île présente un centre montagneux (hauteurs de plus de 2 000 m) et un relief côtier très étendu s’étirant sur la mer de Chine à l’Ouest et la mer de Sulu à l’Est. Sa partie méridionale est nettement plus proche de la province malaise de Sabah sur l’île de Bornéo que de Manille. Signalons qu’avant l’arrivée des Espagnols, le sud de Palawan était sous le contrôle du sultan de Bornéo. Les échanges entre les habitants de Palawan, ceux de Mindanao, de Bornéo et de l’île indonésienne de Sulawesi ont longtemps été pratiqués par les badjao, les nomades de la mer. L’archipel abrite le plus grand nombre d’îles du pays – 1 780 exactement – et, paradoxalement, la plus faible concentration démographique. Depuis les années 1950, le gouvernement philippin encourage l’établissement de familles dans les zones rurales et côtières les plus reculées. L’exode des populations démunies venant de l’île de Luzon et des Visayas vers Palawan, peuplé originairement de groupes indigènes comme les Tagbanua, les Palaw’an et les Bataks, a contribué au métissage, mais aussi à la disparition de certaines ethnies.

NB. Je ferai peu de commentaires sur ces photos, elles parlent d’elles mêmes.

Sachez simplement que l’accès à lîle se fait principalement par sa capitale, Puerto Princesa. El Nido, au Nord, est dépourvu de DAB, prévoyez donc suffisamment de liquide sur vous.

D’une manière générale, les Philippines ne seront pas pour ceux, qui, comme moi, aiment les vacances culturelles. La plupart des activités étant sportives et nautiques.

Si la nourriture y est abordable, les logements sont quant à eux assez élevés comparés au reste de l’Asie.


palawan_philippines__2_.JPG

La bangka est la barque traditionnelle Philippine.

palawan_philippines__3_.JPG

À l’extrême nord de la grande île de Palawan, la ville de El Nido et ses falaises calcaires, qui rappellent celles de la baie de Pha Nga en Thaïlande, constituent un petit havre de paix dans la superbe baie de Bacuit, sur la mer de Chine méridionale. La ville, bien que de taille modeste, possède son propre aéroport et abrite plusieurs pensions, petits restos et même un office de tourisme. Elle est également reliée à Manille par superferry.

palawan_philippines__3_.JPG

palawan_philippines__3_.JPG

Les îles formant l’archipel sont riches d’une flore et d’une faune unique au monde, ce qui en fait l’un des meilleurs endroits pour les activités sous marines aux Philippines

palawan_philippines__3_.JPG

palawan_philippines__3_.JPG

palawan_philippines__3_.JPG

Les excursions des agences locales sont souvent à éviter, car des centaines de bateaux font le même parcours, transformant l’escapade en autoroute…

palawan_philippines__10_.JPG

Publicité pour les cigarettes (Evin n’est pas passé par là…

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

Les tricyles sont les seuls taxis de l’île

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

À El Nido Town, on mène la vie paisible et nonchalante d’un petit port de pêche. Le courant électrique ne fonctionne qu’entre 13 h et 1 h du matin. On trouve des boulangeries et les indispensables sari-sari – mot signifiant « mélangé » – qui sont, en fait, des boutiques où l’on vend un peu de tout. La plupart des maisons sont en dur, mais certaines sont encore construites en nipa, l’un des 123 types de palmes poussant aux Philippines, et couramment utilisés pour les murs et les toits des maisons.

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__10_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

Pour se déplacer d’une ville à une autre, je vous recommande ces bus, certes bondés, mais bien plus authentiques que les offres proposées aux touristes, chères de surcroit !

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__20_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

L’Immaculée Conception, au coeur de Puerto Princesa, date du début du siècle, à visiter lors de votre séjour.

 

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__30_.JPG

palawan_philippines__40_.JPG

palawan_philippines__40_.JPG

palawan_philippines__40_.JPG

Les Philippines sont l’un des pays les plus pratiquants au monde…

5 réflexions au sujet de « Palawan, une île sauvage des Philippines 1/2 »

  1. Merci pour ces photos de rêve qui nous redonnent un peu de Soleil dans notre France hivernale.

    Un de mes buts est d’aller vivre dans les Philippines quelques années, en plus la vie n’est pas très chère je crois là-bas…

  2. Salut
    Ben c’est FREDO
    VOILA JE VIENT DE PARCOURIRE VOTRE PUBLICATION.
    JE SUIS VRAIMENT AMOUREUX DE CETTE ILE
    ET VOUS IMAGINER JE NE L’ai vue quand photo.
    Pour moi c’est decider je vient finire ma vie ici.
    Je trouve votre demarche super des belle photo de tres bonne explications
    Merci a vous .
    Cela m intrigue un peut qu il n’y as pas plus de commentaire.
    Enfin amitie et si vous voulez partager plus d’information vous pouvez toujours me joindre par mail
    (fredolaroche@hotmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *