Promenade solitaire dans les rues de Xiamen et de l’ile Gulangyu

Xiamen (厦门, autrefois nommée Amoy) la porte de l’été, porte bien sons nom.

Belle ville du sud du Fujian (la province en face de Taïwan), au passé colonial encore bien présent, la ville (l’île) de Xiamen est à découvrir si vous avez un week-end de libre et que vous souhaitez être entre montagnes et mer.

L’histoire de Xiamen débute en 1540 lorsque des marchands portugais arrivent dans son port. Plus tard, les Hollandais, les Français et les Anglais débarquèrent durant les 17ème et 18ème siècles dans le but de faire des affaires. Xiamen devient le nouvel eldorado au sud de la Chine.

A la fin du 18ème siècle, le quatrième empereur de la dynastie Qing, Qianlong (1711-1799), ordonne la fermeture du port aux étrangers jusqu’en 1842. Cette fermeture profite au pays qui voit son économie s’accroître à la fois sur le plan démographique et dans le domaine agricole. Il s’avère que la politique d’expansion territoriale de l’Empire permet au pays de se développer.

Xiamen doit  aux Britanniques l’ouverture de son port lors de la première guerre de l’Opium de 1938 à 1842. La fin de la guerre est signée par le Traité de Nankin entre la Chine et les Occidentaux, ces derniers obtenant des avantages commerciaux et territoriaux conséquents. Xiamen devient alors l’un des premiers ports ouverts au commerce extérieure.

Au cours du 19ème siècle, le port devient un important exportateur de thé allant de l’Europe à l’Amérique. De ce fait, elle loge de nombreux étrangers sur l’île de Gulang Yu dans le port de Xiamen. Entre 1938 et 1945, les Japonais envahissent le port, qui possède une position géographique adéquate et particulière.

C’est exactement en 1949 que Xiamen reprend son indépendance économique lorsque Taiwan cesse tout commerce avec elle. Xiamen peut alors développer vers le continent ses activités qui sont la construction navale, le tourisme, l’industrie alimentaire et chimique et encore la pêche.

Source: ici la Chine Aujourd’hui, si l’urbanisation de la Chine fait de Xiamen une ville importante, elle n’en demeure pas moins, à l’échelle du pays, une petite ville charmante.
Les habitants ont comme langue le minnan, le même dialecte qu’à Taïwan, dont ils sont d’ailleurs très proche (économiquement et culturellement)

La ville est un excellent point de départ de balades dans la région, avec les villes de Quanzhou et de Chongwu sur la côte à l’Est, et le centre des terres, montagneux, et les toulous Hakkas (photos à venir).
Des lignes régulières existent entre Xiamen et les différentes villes chinoises, et des billets à 200 RMB (20€) peuvent être achetés depuis Shanghai.
Vieille demeure sur l’île de Gulangyu


Une église restaurée (pour info, les Chrétiens sont de plus en plus nombreux en Chine)


Des vieilles demeures coloniales, il ne reste que peu de chose, étant petit à petit restaurées


Le week end du 1er octobre (fête nationale) est l’occasion pour les jeunes Chinois de se marier (et de faire donc les incontournables photos kitches)


Madone ?


Maison coloniale refaite à neuf


Et hop ! une nouvelle mariée !


Séance photo terminée

Pour se rendre sur l’île, un bateau fait la navette toutes les 5 minutes. Le billet AR se paye une fois arrivé sur l’île

Vue du pont de Xiamen

Le port de Xiamen (l’un des plus importants de Chine)

Une ville de charme entre mer et montagne

La Gloire, comme quoi la France garde sa place 😉


Vieil immeuble sur les quais

Retour à nos mariées 😉


Vue de la baie de Xiamen depuis Galangyu


Vieille porte dans l’île


Certaines maisons ont conservé un charme certain


Spécialités locales : beignets fris de légumes


Tu seras toujours mienne

A lire aussi :

 

10 réflexions au sujet de « Promenade solitaire dans les rues de Xiamen et de l’ile Gulangyu »

  1. 😀 Une mention spéciale pour la madone bleue!
    Tu pourrais proposer tes services pour le catalogue PRONUPTIA 😉

  2. J’adores. Suis alle par 2 fois a Xiamen et j’asorais aller passer la journee sur l’ilde de Gulanyou, pleine de charmes et de mysteres. Plus le plaisir de ne pas voir une seule voiture.
    J’adorais me rendre au petit temple chinois qui se trouve dans le centre de l’ile sur les hauteurs……..
    Merci de ces photos. 🙂

  3. You can practically open up a wedding photo studio. Much better than the cheesy Chinese portrait books they do with Han couples wearing different minority costumes.

    Also, I just figured out what the green thing is on Madone. Hint: it’s a body part. Hahahhaha 😎

  4. Bonjour,
    Tes photos sont très belle et ton blog très intéressant (dit-elle avec un sourire) 🙂
    Nous avons beaucoup aimé Xiamen et particulièrement GulangYu, mais aussi la découverte des maisons hakkas.
    Je me permets de te donner le lien vers mes billets qui en parlent : http://unefilleenchine.canalblog.co
    Mon blog est plus souvent un blog de fille qu’un blog de Chine mais j’espere qu’il pourra t’interesser.
    A bientôt

  5. @Gigi : Merci (la Madone s’appelle Cherry, elle a un blog sur la cuisine en Chine, http://www.maoeats.com)
    @Michel : Merci de vos encouragements et de votre expérience partagée !
    @ Une fille en Chine : Merci de votre lien : Très belles photos également, mon article sur les maison Hakkas devrait être sous presse ce week end et sortir la semaine prochaine !
    Il y en a de très sympas !

  6. J’ai aussi eu la chance d’aller à Gulang Yu en octobre cette année, ton billet reflète bien l’ambiance de l’île, merci! J’avais beaucoup apprécié également, c’était en fait une halte inattendue sur le retour des Tulous!
    Et vraiment, j’ai adoré que les voitures ne soient pas autorisés, c’est assez rare pour être souligné!

  7. J’ai aussi eu la chance d’aller à Gulang Yu en octobre cette année, ton billet reflète bien l’ambiance de l’île, merci! J’avais beaucoup apprécié également, c’était en fait une halte inattendue sur le retour des Tulous!
    Et vraiment, j’ai adoré que les voitures ne soient pas autorisés, c’est assez rare pour être souligné!

  8. Ah Xiamen, ça m’en rappelle des souvenirs. La pente qui monte, tu es allé voir ? Et la plage, ah … cette plage de sable fin que je foulais pour un noel…

  9. Très bien observé.Novembre 2008,j’ai passé 5 jours à Gulang yu.Le rêve,pratiquement personne, ce qui est à relativiser en Chine, et l’île pour moi seul à partir de 18.00 h.J’ai dormi une nuit seul à Tou lou mais je ne sais plus laquelle,.Il n’y avait que 15 jeunes étudiants des Beaux Arts qui ne parlaient pas un traitre mot d’anglais.Pas vu un seul touriste en deux journées.
    Continuez

  10. Très jolies photos !
    J’ai ouvert un bureau à Xiamen en 2006 et je m’y rends 4 fois par an.; Je trouve aussi que c’est une ville fort riche de son passé et de son présent et toujours en pleine évolution.. Gulangyu est aussi unique en son genre ainsi que le ferry qui manque de chavirer au départ et arrivée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *