Quanzhou, cité arabe du Fujian

Quanzhou, petite bourgade (400 000 habitants seulement) du Fujian porte en elle de forts jolis restes.

D’abord, l’origine du mot satin. En effet, le nom médiéval de Quanzhou était Citong et  Zaytûn en arabe, car cette ville côtière fut pendant le port maritime le plus important de Chine.

Perses, Afghans, et autres marchands en ont fait le point de départ de la route de la soie maritime.

Approchez, et admirez ces bâtiments de style arabe, la tranquillité de la plus ancienne mosquée de Chine…


La mosquée QingJing, édifiée en 1009 et complètement restaurée en 1309, elle est l’un des plus beaux monuments de la ville. 

 

La région du Fujian est peuplée par de nombreux musulmans, la ville de Quanzhou n’en compte pas moins de 32 000.

 


Dans un restaurant se voulant français, les traductions sont à mourir de rire (resto situé juste derrière la mosquée)

 

Non, ce n’est pas un mannequin, mais juste une petite fille qui joue dans la vitrine de sa maman, obligée de la garder

 

 

Construit en 686 (sous le règne de l’impératrice Wu Zetian), le temple Kaiyuan (开元寺) est situé sur la Xi Lu (la rue de l’Ouest). L’ensemble du complexe couvre une superficie de plus de 7 ha.

Grâce à des restaurations passées, il est  le plus grand temple bouddhiste de la province de Fujian.

La plupart de l’architecture du temple regroupe des  caractéristiques artistiques des Tang (618-907), des Song (960-1279), des Yuan (1271-1368), des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911). De nombreux vestiges culturels sont conservés dans le temple.

Ce qui le rend fameux, ce sont ses pagodes jumelles de plus de 40 mètres de haut.

La pagode de l’Est, la pagode de la protection du pays (Zhengguo ta)

 

Pyramide de Bouddhas

 

La cour du hall des héros

 

Bouddha squelettique

 

L’allée entre les deux pagodes

 

 

Pagode de l’Ouest (elles sont jumelles on vous dit !)

 

 

Les vieux jouent aux cartes

 

 

Vieux moine bouddhiste en train de jouer au poker

 

 

44 mètres de haut, mais impossible d’y pénétrer !

 

 

Une rue animée dans la vieille ville de Quanzhou

 

 

Remarquez les fenêtres de style persan

 

 

On peut rester une simple bourgade avec un grand passé et être à la mode !

 

 

Architecture ottomane ?

 

 

 Façade de la mosquée la nuit

Pour s’y rendre, rien de plus simple, prendre un bus depuis la gare routière de Xiamen. Le trajet dure environ 2h30 sur des routes très bien aménagées en bord de mer.

Dormir dans la rue Zhong Lu (dans sa partie Sud)

A lire aussi :

3 réflexions au sujet de « Quanzhou, cité arabe du Fujian »

  1. @Gigi :
    Après quelques recherches, il semble que le Bouddha squelettique soit emprunté au bouddhisme indien.
    Selon la tradition, Bouddha jeûnait longtemps et s’affaiblissait pour atteindre le nirvana. Lorsqu’il était dangereusement faible, un singe lui offrait du miel tandis qu’un éléphant lui présentait une tige de bambou remplie d’eau afin de l’aider à arrêter son jeûne en douceur.
    La bouddhisme chinois montre plutôt des Bouddhas gros, qui mangent bien, signe que les offrandes sont abondantes

  2. Les chinois montrent souvent les bouddhas en groupe de 9, voire 18 bouddhas, et pour le bouddha tout maigrichon c’est plus un rappel historique au bouddha vivants, effectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *