Shanghai un an avant la nuit

Un an avant l’exposition universelle de Shanghai, la ville se met au propre, comme l’avait Pékin. Les mendiants vont être chassés, les bars louches fermés, et les voies de transport esthétiquement transformées. Ouf ! Car dans cette ville géante, le Petit Paris de l’Orient, les voies aériennes, certes très pratiques pour fluidifier la circulation (à la différence de Pékin), sont une verrue à l’esthétisme de la ville.

Cependant, si elles ne sont pas prêtes d’être toutes démontées, le ton est donné, avec la partie Est de Yan An Lu qui devient souterraine pour laisser le Bund respirer et ses piétons se le rapproprier. Les rues de l’ancienne concession internationale (et pas seulement concession française comme beaucoup le pensent) sont élargies, les vieilles bicoques non entretenues démolies.

D’aucun ne manqueront pas de critiquer la destruction de ces maisons, mais, comme à Pékin, il faut différencier ce qui appartient au patrimoine de la ville et ce qui n’est que bidonville masqué sous l’importance de la notion du passé.

Bref, une ville qui n’en sera je pense que plus agréable.

En revanche, s’il vous plaît, laissez les vendeurs de rue, les cordonniers, les cireurs de chaussures, les montreurs de singe, les pousse-pousses, les démonstrateurs, les vendeuses de peluches, de bibelots, de vêtements de deuxième main…

11 réflexions au sujet de « Shanghai un an avant la nuit »

  1. Bizarrement, ca ne me donne toujours pas envie de revenir a Shanghai.
    S’ils pouvaient aussi faire le menage de tous les laowais arrogants, je pense que ce serait deja un peu plus vivables 😛

  2. « En revanche, s’il vous plaît, laissez les vendeurs de rue, les cordonniers, les cireurs de chaussures, les montreurs de singe, les pousse-pousses, les démonstrateurs, les vendeuses de peluches, de bibelots, de vêtements de deuxième main… »
    Y en a déjà pas beaucoup ! Mais c’est comme pour les étrangers arrogants (souvent des français d’ailleurs), on peut toujours rêver. 😎
    — Woods

  3. J’ai été en Chine à plusieurs reprises, dont 6 mois à Xi’an; et je vais à Shanghai pour un stage de 6 mois.

    J’ai comme habitude de traîner avec les locaux chinois, donc j’ai tendance à croiser certains laowai et me demander qu’est-ce qu’ils font en Chine si c’est pour trainer entre eux. Mais il faut bien se divertir parfois; et c’est toujours plaisant de retrouver des gens de ses origines.

    Donc je me demande, pour vous, qu’est-ce qu’un « étranger arogant » ?

  4. jiji, je n’ai absolument rien contre les étrangers qui se fréquentent entres eux. Comme tu dis, c’est plaisant de temps en temps de pouvoir parler avec des gens qui nous comprennent.

    Quand je parle d’étrangers arrogants, ce sont ceux qui prennent les chinois pour des attardés, qui ne font aucun effort d’adaptation, qui se prennent pour des rois sous prétexte qu’ils viennent de pays « plus developpés ».

    Et pourquoi il y en aurait plus a shanghai ? Pour deux raisons : C’est la ou on trouve le plus d’étrangers, mais c’est aussi parce que ca doit être la seule ville en chine ou tu n’as pas a t’adapter. C’est la ville et ces habitants qui s’adaptent a toi.
    Tu peux y vivre sans quasiment rien changer de tes habitudes.

    Cela dit, j’ai adoré Shanghai lorsque je suis venu la première fois en chine, et c’est shanghai qui m’a donné envie de revenir pour y vivre. Mais finalement j’en ai beaucoup plus appris en vivant a Guangzhou, autre grande ville mais encore bien differente de Shanghai.

  5. Ok. Je partage ton avis..

    D’ailleurs, il semble avoir un lien empirique entre le niveau d’adaptation/respect et le niveau de maîtrise de la langue Chinoise.

    Considérez-vous (Mike, Charles) faire parti de la faible proportion de ‘laowai » qui savent parler un niveau relativement élevé de chinois?

  6. Je n’ai jamais dit que je parlais chinois 😉
    Bon j’ai quand même quelques bases en Cantonais, histoire de pouvoir faire mes courses sur le marché, mais cela reste très limité malheureusement.

  7. Yan An lu enfouie et le Bund rendu aux piétons, j’ai hâte de voir cela !
    Concernant le nettoyage annoncé comme cela fut fait à Pékin pour les JO, je me demande si cela aura la même intensité et les mêmes effets. Les JO se déroulaient sur 15 jours, avec un afflux massif et soudain d’étrangers, alors que l’expo durera plusieurs mois, sans événements ni cérémonies majeures. Il me semble que l’expo est surtout une bonne occasion pour Shanghai de faire un réaménagement radical dans ses infrastructures vieillissantes (réseau routier et les quartiers sud industriels de la ville), et ainsi mieux les coordonner avec tous les développements des 10 dernières années (métro, aéroport de Pudong, etc…).

    Je suis pas vraiment d’accord avec Mike lorsqu’il dit que Shanghai est la ville ou l’on a pas à s’adapter. Cela voudrait dire que les pékinois ne font pas l’effort de s’adapter, alors qu’ils le font depuis des décennies, tant pour la diplomatie étrangère que pour les chinois de toute la Chine. À contrario, Shanghai n’a pas une réputation accueillante pour le reste de ses compatriotes (le shanghaien aime le shanghaien, le pekinois se fout un peu de savoir d’ou il vient). Bref, à peu de différence près, on peut faire la même chose à Pékin, et y vivre en vase clos dans sa communauté.

    Enfin, concernant les laowai arrogants, je crois en avoir croisé autant à Pékin qu’à Shanghai, mais les plus arrogants, je les ai croisés (et « observés ») dans des villes secondaires ou il n’est pas difficile pour quiconque de se prendre pour le roi du pétrole.
    Quant au niveau de langue, celui-ci est un signe bien trompeur. On a pas besoin de bien connaitre la langue pour bien connaitre la Chine, ses habitants et savoir les apprécier. Certes, ca aide beaucoup, mais on a tous rencontré des personnes maitrisant très bien le chinois et se comporter comme des laowai arrogants.

    Bref, un sujet à l’image de la Chine, immense, complexe, sans fin, dont on pourrait parler des heures, et qui peut faire voler en éclat les idées recues. Mais qui n’altère en rien l’amour que l’on porte à ce pays.

  8. Disons que l’on a pas forcement besoin d’avoir a s’adapter lorsque l’on arrive a Shanghai. TOUT est fait pour les touristes, principalement les etrangers. C’est la vitrine de la Chine, c’est fait pour plaire aux occidentaux donc autant s’adapter a eux.

    Je suis toujours surpris de voir des personnes vivrent quasiment comme elles vivaient chez eux dans leur pays d’origine. Bien sur on ne va pas changer nos habitudes a 100% parce que l’on vit dans un autre pays, mais disons qu’un peu d’effort, ne serais-ce pour comprendre la culture le l’autre, ca ne peut pas faire de mal.

    Ce n’est pas forcement une critique, chacun vit comme il le veut, mais disons que j’ai resenti une grosse difference lorsque je suis arrive a Canton.

    J’ai pris une claque, il m’a fallu au moins 6 mois pour m’en remettre (pour m’adapter et me sentir a l’aise). Shanghai me manquait, la grosse difference est qu’ici, tu dois faire un effort pour t’adapter, car ce ne sont pas les autres qui vont le faire a ta place.

    Le status de laowai superstar ne passe pas ici, les locaux s’en foutent, on fait parti du decors et c’est tant mieux finalement.
    Shanghai c’est tout dans l’apparence, il faut que ca pete, sortir et ETRE VU avec des etrangers (pour les chinois) c’est ce rendre plus important que les autres, c’est une ambiance qui ne me plait pas trop.

  9. Globalement assez d’accord avec Xavier, à une différence près, qui rejoint Mike, c’est qu’à Shanghai, beaucoup plus de Chinois parlent anglais, d’où cette facilité d’adaptation des laowai.
    Pour rejoindre Jiji, oui, pour moi, les Français arrogants sont ceux qui après plusieurs années ne parlent pas le moindre mot de Chinois (je ne prétend pas avoir un bon niveau, mais je comprends une conversation sans soucis)

  10. Là ou je te rejoins Mike, c’est ce sentiment de show-off que l’on ressent souvent à Shanghai. Personnellement, la différence que j’ai ressenti entre les 2 villes, c’est l’importance de l’argent. À Shanghai, c’est un sujet de de prédilection, encore plus si tu es étranger, alors qu’à Pékin, les gens s’en foutent. De là à dire que les shanghaiens sont vénaux… Je crois surtout que shanghaiens et pekinois sont très différents dans leur facon de recevoir. À Shanghai, l’étranger est souvent synonyme d’argent, alors qu’à Pékin ca doit rejoindre Canton (que je ne connais pas), et les étrangers font partie du paysage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *