Lanzhou (兰州), capitale du Gansu (甘肃)

Lanzhou a mauvaise réputation.

Capitale d’une des provinces les plus pauvres de Chine, elle a été pendant longtemps le plus gros centre industriel de l’Ouest, faisant de la cille une des villes les plus polluées de Chine.

Encerclée de montagnes au Nord et au Sud, longeant la rivière Jaune qui la coupe en deux, la ville fut autrefois une étape incontournable de la route de la soie (dernière ville avant le corridor du Hexi qui mène au XinJiang)

Voici quelques photos de cette ville somme toute assez agréable (malgré le froid en hiver, -10°C)

Quelques remarques :

  • Très peu de Laowai, les gens me regardaient tous dans la rue, se demandant ce qu’un étranger venait faire dans ce trou perdu…
  • Les taxis sont encore bien plus nombreux que les voitures, ce qui montre la non-existence encore d’une classe moyenne (en comparaison, les voitures se sont développées à Pékin il n’y a pas si longtemps que cela, 5 ans environs). La prise en charge est de 7 RMB pour 3km puis 1RMB / km (voir la comparaison avec Pékin)
  • Après 22h00, plus aucune voiture dans la ville, seuls les taxis sont visibles
  • De nombreuses minorités à Lanzhou, comme les Han, les Hui, les Tibétains, les Bonan, les Dongxiang, les Ouighours, et les Salar
  • « Petite » ville, puisque seulement 1,5millions d’habitants en 2007

Je vous recommande d’aller y faire un tour, une journée sur place suffira, pour ensuite partir dans deux directions différentes, l’Est, vers Tianshui (point important de la route de la soie), ou le Sud (le Gannan 甘南) vers les plateaux tibétains de l’Amdo (Xiahe et son monastère par exemple, dont parle Gilles Sabrié sur son blog).
Concernant l’Ouest et Donghuang, autant y atterrir directement, et continuer vers le Xinjiang en train ou en bus.
La province du Gansu est riche en mélange de populations (et pas que dans les nombreuses prisons qu’elle héberge), car entourée géographiquement par  les provinces ou régions autonomes de Mongolie-Intérieure, Xinjiang, Qinghai, Sichuan, Shaanxi et Ningxia.

Le pont qui traverse le Fleuve Jaune et mène à la colline de la Pagode blanche (photos à venir)

De très nombreuses mosquées à Lanzhou

La plus grande mosquée du Gansu

La spécialité de Lanzhou, les nouilles épicées au boeuf

Minorité Hui

La route de l’aéroport, situé à 70km de la ville, et ses paysages du désert de Gobi

A voir aussi :

10 réflexions au sujet de « Lanzhou (兰州), capitale du Gansu (甘肃) »

  1. Et pour ne rien rater du Gansu, je conseille de monter à Jiayuguan et Dunhuang. Le voyage en bus, de nuit et à travers le désert, entre ces 2 villes est assez impressionant !
    — Woods

  2. 🙂 Cher compatriote,
    C’est avec plaisir que je découvre votre sympathique blog, étant moi-même un
    Français expatrié.
    Je me permets de laisser un petit commentaire pour vous faire découvrir des
    actions en faveur de la préservation de l’identité française.
    Nous sommes, vous et moi, à notre niveau, les représentants de la France à
    l’étranger et, d’une certaine manière, son image et son esprit. Alors pourquoi
    ne pas être également sa voix ? Cette voix c’est la vôtre, la mienne, la nôtre,
    celle de la raison.
    Une voix faite pour clamer haut et fort notre attachement à notre pays.
    Par nature, nous, les expatriés, sommes ouverts sur le monde, nous découvrons
    d’autres cultures, d’autres civilisations, nous avons une vision du monde
    souvent bien différente de nos compatriotes de l’hexagone. Nous respectons la
    loi, les coutumes et les rites des pays qui nous accueillent, nous n’y imposons
    pas notre mode de vie , nos traditions ou notre religion.
    Nous n’avons comme revendication légitime que celle de vivre en symbiose avec le
    pays qui nous héberge.
    Alors, cher compatriote, comment supporter plus longtemps la régression de la
    France, la perte de son identité et de ses valeurs ?
    Allons nous rester amorphes, les paupières closes, la mine basse, sans réagir ?
    Hé bien non ! Il n’est pas trop tard pour agir. Votre voix, additionnée à
    d’autres voix, peut tout changer.
    […] Commentaire modéré

    Un Français expatrié au Japon
    Fabrice Martin

  3. « le concept SITA (SITA=Sensibilisation à L’Islam Tous Azimuts) qui est une méthode pour combattre, par l’action, l’islam et l’islamisation des pays occidentaux. »

    bref; a moderer …

  4. Lanzhou,c’est le lieu ou mon pere est ne et j’y suis alle il y a 12 ans.comment le temps passe vite!!!!

     je crois pas que Gansu soit le plus pauvre provence de chine,ce qui est le plus pauvre c'est Ningxia!  En fait,j'aime bien les nouilles au boeuf.C'est vraiment quelque chose a deguster
  5. Tu devrais mettre une carte de la Chine pour se repérer ….et te suivre dans tes périples!

  6. Ma très chère tante mauvaise en géo, cela est réparé, la carte de cette ville est maintenant en haut de l’article (comme sur beaucoup de mes articles, mais j’avoue que là, j’avais oublié, merci de ce rappel) 😮

  7. Bonjour Charles,

    Je te remercie pour les informations que j’ai pu glanées ici pour mon prochain voyage. Je pars à la découverte d’une partie du Gansu et du Qinghaï le mois prochain et j’aimerais avoir ton avis sur mon ébauche d’itinéraire :
    Lanzhou, Xining, Tongren, Xiahe, Hezuo, Langmusi, Linxia (???), Lanzhou, Tianshui et Luomen s’il me reste du temps, vol retour vers Shanghaï depuis Xian (ou Lanzhou si manque de temps).
    Y a t’il des visites à recommander et des lieux aux alentours qui vaudraient le détour ? J’ai notamment lu des choses sur le village des Tu à 30 kms de Xining, penses-tu que ce soit intéressant ?
    Pour le transport, il semble que le train entre Lanzhou et Xining soit plus intéressant (pour les paysages) que le bus ?
    Existe t’il une navette de bus depuis l’aéroport de Lanzhou vers la ville ? Le parcours me semble assez long.
    Peut-être as-tu également de bonnes adresses d’hébergement.

    Merci d’avance,
    Fanny.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *