Reject Drugs and Cherish lives

Ou comment la Police pékinoise entend montrer que la loi en Chine, c’est elle… et que la loi n’aime pas les dealers, surtout s’ils sont Noirs…

C’était fin septembre dernier, à Sanlitun. Les Yo Men et autres What’s up (comprenez les Africains plus ou moins liés à un quelconque ambassadeur, profitant ainsi de la valise diplomatique pour faire venir toute sorte de drogues qu’ils proposent aux Expats de Sanlitun) alpaguaient dans la rue les passants.

Tout d’un coup, vers minuit, c’est le drame.

Des hommes cagoulés déboulent, batte de  base ball à la main, et frappe sans discernement tous les Noirs qu’ils rencontrent, et ce, aux yeux des badauds ahuris.

L’événement est relaté par le Guardian, je ne vais donc pas le détailler ici.

En fait, c’est la Police de Pékin qui a envoyé des petites mains chasser tous les dealers de drogues pour nettoyer le quartier (ce n’est pas la première fois que cela arrive à Sanlitun) mais cette fois-ci, aucun discernement n’a été fait. Tu es Noir, tu prends un coup, tant pis pour toi, fallait être Jaune (ou éventuellement Blanc).

Cette anecdote, proprement inadmissible, montre plusieurs choses :

  • Les Chinois sont racistes, on le savait déjà
  • Ils ne savent pas faire de demie-mesure, ce qui n’étonne personne
  • Ils sont ici chez eux, et veillent à ce que l’harmonie voulue par le Parti ne soit pas rompue.
  • Avec les Jeux olympiques de Pékin l’an prochain, la répression et les contrôles en tout genre vont augmenter, il faut montrer la meilleure image de soi au monde

D’une manière générale, si vous vous déplacez en Asie, vous retrouverez ces Africains à Tokyo, Hanoï, Saigon, qui, partout, vous proposent les mêmes choses : drogues en tout genre et filles à Tokyo.

Même si les méthodes pratiquées par le gouvernement sont on ne peut plus honteuses, je suis content de voir que Pékin lutte contre le développement de quartiers livrés à eux mêmes, où l’on se fait « harceler » tous les 20mètres par un YoMan, car j’ai de très mauvais souvenir à Tokyo on réellement, on ne peut faire plus de 20 mètres sans rencontrer un Dealer qui nous colle pendant 10 minutes (à la différence des Chinois qui rapidement nous lâchent le train).

Oui, me direz-vous, mais quel rapport avec la photo ?
Ah oui, c’est parce que suite à cet incident, ont fleuri à Sanlitun des banderoles de propagandes telles que celle ci-dessus..
Un autre slogan proclamant « severly blow to the drug related crime »…..

Une réflexion au sujet de « Reject Drugs and Cherish lives »

  1. Meme probleme a Canton…
    Mais meme si ca m’enerve de me faire alpaguer dans la rue pour des raisons identiques, ca reste dans des endroits specifiques et a des heures tardives.
    Je ne supporte aucune des deux communeautes (noir et jaune), je trouve ca degueulasse qu’on s’en prenne a des mecs de cette facon, mais existe-t-il un autre moyen pour « s’occuper » de dealer, des durs a cuire? Oui, etre plus vigilant a l’entree des etrangers, et c’est ce qu’est en train de faire le gouvernement chinois en surveillant d’avantage tous les etrangers notamment en resserant l’etau autour des visas « business ».
    Les Jeux Olympiques, d’apres moi apportent plus de mal que de bien… Le pays fait face a ses propres aberrations politiques, ca va faire mal!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *