Je ne suis pas d’accord avec le boycott des jeux de Pékin et la propagande anti chinoise

Certaines voix en France commencent à s’élever contre certaines réactions de Français sur la Chine.

En effet, il serait temps de rappeler certaines choses.

C’est le cas du Sénateur Socialiste Jean-Luc Mélenchon, qui signe un texte auquel j’adhère complètement…

Je ne suis pas communiste chinois. Je ne le serai jamais. Mais je ne suis pas d’accord avec les manifestations en faveur du boycott des jeux olympiques. Je ne suis pas d’accord avec l’opération de Robert Ménard contre les jeux olympiques de Pékin. Je ne suis pas d’accord avec la réécriture de l’histoire de la Chine à laquelle toute cette opération donne lieu. Je ne partage pas du tout l’enthousiasme béat pour le Dalaï lama ni pour le régime qu’il incarne. Pour moi, le boycott des jeux est une agression injustifiée et insultante contre le peuple chinois. Si l’on voulait mettre en cause le régime de Pékin il fallait le faire au moment du choix de Pékin pour les jeux. Il ne fallait pas permettre à la Chine d’être candidate. Il fallait le dire en Chine. Ce qui se fait est une insulte gratuite et injustifiée contre les millions de chinois qui ont voulu et préparent activement les jeux. Pour moi il flotte un relent nauséabond de racisme sur cette marmite !

UN PRETEXTE

Si un boycott devait être organisé, dans une logique agressive conséquente, ce n’est pas celui du sport qui est un moment d’ouverture et de fraternisation. Pourquoi pas plutôt celui des affaires et de la finance ? Naturellement aucun des activistes mondains actuels ne le propose ni n’entreprend quoi que ce soit dans ce sens. Si l’on devait vraiment se facher avec le gouvernement chinois, pourquoi le minimum de ce qui se fait dans les relations normales entre les nations ne se fait-il pas à cette occasion ? Le président de la République chinoise (combien de protestataires se soucient de savoir comment il s’appelle ?) a-t-il été approché ? Lui a -t-on demandé quelque chose ? Quoi ? Qu’a-t-il répondu ? Le premier ministre (combien se sont préoccupés de connaitre son nom ?) a-t-il été interpellé ? L’ambassadeur de Chine en France a-t-il été reçu et a-t-on eu un échange avec lui ? Qui s’en soucie ? Avec une morgue ressemblant à du racisme, on proteste contre un gouvernement dont on ne cite pas le nom des dirigeants, et dont on fait comme s’il n’existait pas. Pourquoi sinon parce qu’on pense par devers soi qu’il n’en est pas vraiment un. La superbe occidentale nie jusqu’au nom des gouvernants qui dirigent un peuple de un milliard quatre cent millions de personnes que l’on croit assez veules pour être maîtrisé par une simple police politique ! D’une façon générale je ressens, en voyant tout cela, l’écho du mépris des colons qui ont imposé en leur temps les armes à la main l’obligation pour les chinois de faire le commerce de l’opium ! Si la volonté est d’affronter le régime politique de Pékin, aucun des moyens employés n’est de nature à modifier quoi que ce soit d’autre que l’opinion occidentale déjà totalement formatée sur le sujet.
La suite sur le blog de Jean-Luc Ménenchon

5 réflexions au sujet de « Je ne suis pas d’accord avec le boycott des jeux de Pékin et la propagande anti chinoise »

  1. j’adhére aussi comme je le dis depuis le début de cette « histoire » fomentée par une CLIQUE d’irresponsables en mal reconnaissance médiatique , Ge fupai

  2. Totalement d’accord avec Melanchon.
    Il faut que les Europeens arretent de cracher sur la Chine car ils en ont peur.
    Ce que l’on vit ici en Chine est bien loin de ce qui ce passe en France et il est trop simpliste de tirer des conclusions quand on a pas une vue precise du probleme.

  3. Je suis d’accord, tout à fait… peut-être pas. Est-ce-que quelqu’un connait la vérité sur ce qui se passe dans ce pays? A mon sens personne, même pas les Chinois ou même Hu Jintao (s’il faut le nommer). Alors n’a-t-on pas le droit de demander plus de visibiliter? Nous investissons dans ce pays, n’avons nous pas le droit de ce qui est fait de notre argent?

    Les moyens et les arguments de certains français sont hors de propos et de l’ingérance, digne de l’époque coloniale avec en effet un relent de racisme. Un sentiment qui est à chasser, mais qui est hélas bien présent chez certains alors que nous arborons fièrement 2 siècles contre l’esclavage. Il est impardonnable de rejeter la différence de culture et d’associer des gens à une sous-culture, même en représaille à sentiment identique dans l’autre sens.

    Oui, personnellement je me sent juger par ma couleur de peau quand je suis en Chine, et le simple fait d’être appelé laowai y fait beaucoup, surtout depuis que des chinois m’ont expliqué tout le sens qu’il y a dedans. Les premiers temps cela m’amusait et je prenait çà pour un jeu enfantin, du au fait que j’étais dans une région où les occidentaux étaient rares, mais ensuite dans une ville comme Beijing ou Shanghai, le sens qu’il prend, n’est plus aussi anodin. « Bougnoul », « Niackoué », « blanche-neige » sont des mots raillés de mon vocabulaire, et j’ai un profond mépris pour les gens qui les utilisent.

    A nous de ne pas retomber dans les travers de notre histoire, et aux Chinois de s’ouvrir aux autres.

  4. Je ne crois pas qu’il y ait de campagne anti-chinoise en France, au contraire, il y a plutôt une vague d’auto-critiques assez néo-revocul. Par ailleurs, je n’ai entendu personne appeler au boycott des JO. Et même si certains se laissaient aller à ce genre de déclaration, ça ne suffirait pas à rendre la Chine admirable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *