La modernité de la gestion de la circulation à Pékin

Pékin, ville monde dont l’étendue n’est pas représentable si on n’en pas fait le tour (d’ailleurs, le peut-on vraiment ?) est une ville très en avance en terme d’affichage des conditions de circulation.

En effet, à  Pékin, on circule sur des rings (anneaux pour les Francophiles), qui cerclent la ville, en théorie pour gagner du temps, en évitant les artères principales, toutes ponctuées de feux tricolores, ralentissant votre progression.

Il y en a 6, le premier étant la place Tian An Men, le 6ème étant perdu à la hauteur de l’aéroport..

Juste à titre de comparaison, le 2ème périph de Pékin correspond au périph de Paris…

Donc, ces périphériques sont censés nous permettre (je dis nous, mais en réalité je ne m’inclus pas car je roule en scooter, donc interdiction pour moi de circuler sur ces rings) de gagner du temps. et, pour éviter de s’entasser dans un bouchon, de nombreux panneaux lumineux jalonnent le parcours…

un exemple en image :

Génial me direz-vous ?

Oui, en théorie, car en réalité, que je prenne cette photo en matinée ou en soirée, ou à midi, les couleurs seront toujours les mêmes.. En effet, cette zone est CONSTAMMENT embouteillée, même en scooter, on a du mal à passer….

Enfin, c’est moderne, alors ne critiquons pas ! 😀

Une réflexion au sujet de « La modernité de la gestion de la circulation à Pékin »

  1. Et que dire des bus bondes sans climatisations qui parcourent la ville en ne se vidant de passager que pour en prendre encore plus ?
    vive le Velo !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.